L'association

L'association "Les Amis du père Pedro", loi 1901, a été créée en septembre 1994 suite à la rencontre d’amis du Père Pedro qui l’ont connu en 1973 lorsqu’il était au séminaire et effectuait sa formation à l’institut catholique de Paris.
Ils se sont retrouvés à la suite de la sortie du premier livre consacré au Père et à son action à Madagascar (« Père Pedro ou les collines du courage » écrit par Denise Gault, paru aux Editions Albin Michel - voir la rubrique «Bibliographie»). Fin 2017, nous étions presque 3000 donateurs et ce nombre croit d'année en année.

Nos Objectifs :

  • Soutenir financièrement et moralement l’action du Père Pedro à Madagascar.
  • Faire connaître l'action du Père Pedro, non seulement par la parole mais aussi par tous les moyens nécessaires à la diffusion des informations la concernant (tracts, affiches…).
  • Susciter des actions dans les paroisses, les mairies, les écoles, les diverses organisations associatives.
  • Organiser des conférences autour de la présence de Père Pedro.
  • Fidéliser les donateurs et adhérents par la publication d'un bulletin semestriel (consultable sur le site) qui les maintient informés du devenir et du développement d'Akamasoa.
  • Entretenir un lien avec les autres associations et amis agissant pour le Père Pedro.

Tout ceci afin de soutenir financièrement et moralement l’action du Père Pedro à Madagascar.

Nous nous devons de mériter la confiance des donateurs par:

  • La visibilité de l’association et son expérience dans la durée.
  • La transparence avec chaque année, une synthèse du bilan financier.
  • Le versement de la quasi-totalité des dons à l’Association AKAMASOA à Madagascar. Nos frais de fonctionnement sont très réduits (moins de 3%) car tous ceux qui œuvrent pour notre Association sont bénévoles.

RENCONTRE À L'ÉLYSÉE

Le père Pedro reçu par
Madame Brigitte Macron

Le père Pedro a été reçu ce mardi 4 juillet par la première Dame de France, Mme Brigitte Macron. Il nous témoigne de cette rencontre.

« Chers amis,

J'ai été reçu en audience privée par Madame Brigitte Macron au Palais de l’Élysée, à Paris, avec un grand respect et j'ai pu constater que la Première dame de France est une personne d'une grande vision humanitaire, très attentive, cordiale, dynamique et avec une grande énergie humaine. L'audience a duré une heure et 15 minutes.

J'ai exposé le travail d'Akamasoa pour lutter contre l'extrême pauvreté et tous les efforts que nous faisons depuis 28 ans en faveur de la population la plus démunie.
Elle m’a dit, qu'elle avait déjà entendu parler de notre Œuvre et notre combat pour les plus pauvres à Madagascar. Tout de suite Mme Brigitte Macron a manifesté un grand enthousiasme à faire connaitre davantage notre Œuvre et notre combat pour les plus défavorisés et surtout pour les enfants qui sont oubliés, non scolarisés et avec la faim au ventre. Elle nous a promis de faire son possible pour nous aider dans la mesure de ses possibilités, pour que l’on puisse faire sortir du trou de la pauvreté des milliers de familles d'une décharge et de la rue, familles dont nous nous occupons.

Cette visite n'était pas prévue dans mon programme des rencontres lors de ma venue estivale 2017 en Europe. La Divine Providence a ses raisons pour que cette rencontre se réalise d'une manière inopinée et inespérée. Je rentre à Madagascar après six semaines de tournée, visitant et faisant des témoignages dans de nombreuses villes de France, Belgique et Allemagne. Je retourne avec espérance et une grande conviction que les pauvres ont trouvé une alliée de confiance de plus dans leur combat pour la dignité, en la personne de Madame Brigitte Macron.

Il y a des rencontres qui enchantent et qui embellissent l’Humanité, celle-ci était l'une d’elle que je viens de vivre ce 4 juillet 2017, par son contenu solidaire et fraternel d'entraide.

L’amour et l’espérance ne meurent jamais ! ».

Père Pedro

ÉPIDÉMIE DE PESTE

Madagascar connait à nouveau
une épidémie de peste

Alors que ce terrible fléau évoque chez nous le Moyen-Age, la peste est endémique à Madagascar, où elle sévit tous les ans entre septembre et avril, période où elle rencontre les conditions les plus favorables pour sa propagation : la chaleur et l'humidité.

Cette année, l'épidémie prend cependant des proportions inquiétantes puisque, mi-octobre, les statistiques officielles enregistrent déjà 48 décès et plus de 230 cas suspects. Cette maladie grave, que l'on peut qualifier de « maladie de la pauvreté », est extrêmement virulente et sa capacité à se multiplier dans le corps pour envahir et détruire les tissus vivants est phénoménale.

Elle se transmet du rat à l'homme par piqûre de puces et ensuite par contact physique entre personnes infectées. L'insalubrité et la prolifération des rats dans les déchets sont les causes principales de la contagion humaine par la bactérie de la peste.
L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) s'inquiète de l'extension du phénomène à des zones non urbaines et rappelle qu'il existe un traitement disponible et gratuit. Elle a livré à Madagascar plus de 1,2 million de doses de traitement.

Etant donné la proximité immédiate de l'immense décharge à ciel ouvert d'Antananarivo (30ha, soit 2000m3 de déchets déposés chaque jour !) près des principaux villages d’Akamasoa, le risque de contamination est extrêmement important, non seulement pour les bénéficiaires de l'association, mais aussi pour les 2 à 3 milliers de personnes qui continuent à travailler quotidiennement sur cette décharge. Akamasoa réclame depuis des années que cette décharge soit fermée ou déplacée. Malgré les promesses de la municipalité d'Antananarivo ou des services gouvernementaux concernés, elle n'a pu obtenir, jusqu'à présent, que la pose d'un mur pour limiter l'extension de la décharge vers les écoles et collèges d'Andralanitra.

Le Père Pedro se félicite d'avoir, grâce à son œuvre humanitaire et aux soins prodigués par le dispensaire, réduit la mortalité parmi les familles aux alentours de la décharge, mais l’inquiétude est immense sur les risques de contagion de cette terrible maladie au sein des 20 000 personnes qui vivent à Akamasoa.

BONNE ANNEÉ 2018

Les voeux
du père Pedro

Chers amis bienfaiteurs !
L’année 2017 s’achève et elle n’a pas été sans difficulté.

Nous devons nous battre tous les jours pour garder notre objectif de mettre debout des familles si longtemps oubliées par l’Etat. Changer la mentalité d’une famille venant de la rue se fait dans un temps très long, mais notre association Akamasoa garde l’espoir que les choses puissent évoluer un jour.

Notre centre d’accueil a accueilli cette année environ 30 000 personnes. Beaucoup de familles mais surtout beaucoup de femmes qui demandent secours. Nous constatons que la situation générale à Madagascar reste très fragile et la pauvreté ne fait qu’augmenter. Mais grâce à vous tous, nous avons réalisé beaucoup de projets sur 2017.

Nous allons entrer dans la 29ème année de lutte contre la pauvreté à Akamasoa et nous sommes toujours aussi décidés et déterminés à la faire reculer comme au début de notre aventure en 1989. Nous qui avons commencé ce mouvement de solidarité, de fraternité et de partage, nous continuerons notre combat jusqu’au bout, avec la force et la grâce de Dieu.

Nous devrons encore traverser beaucoup de difficultés, quand la confiance dans les hommes disparait aucun progrès n’est possible. La corruption, l’immobilisme, la frustration qui durent depuis des décennies ont créé la méfiance et ont augmenté la précarité de la vie d’une grande partie de la population. Mais il n’est jamais trop tard pour mieux faire, et seule la vérité nous fera libre.

Dans cette situation difficile, nous commençons une nouvelle année, décidés à continuer notre combat pour les plus pauvres. Votre fidèle générosité et votre confiance nous font chaud au cœur et nous incitent à ne pas baisser les bras, malgré tous les drames quotidiens que nous devons affronter et résoudre.

Dieu AIME tous les humains et veut nous aider à devenir frères et sœurs, à être plus généreux en partageant avec ceux qui vivent avec si peu de choses et qui pourtant ne perdent pas courage pour préparer un avenir meilleur pour leurs enfants. C’est pour cette raison que nous restons avec eux. Merci de continuer à nous épauler dans cette lutte pour la justice et la dignité car nous avons réellement besoin de vous.

Chers amis, nous vous souhaitons une très heureuse Année 2018 !
Très fraternellement,
Père Pedro